top of page

ELECTIONS ET SITUATION SECURITAIRE A L'EST



La question de l'organisation des élections ne cesse de faire couler encre et

salive. Nous avons souligné dans nos précédentes tribunes l'impossibilité

d'organiser les élections dans le délai constitutionnel notamment au regard des

contraintes sécuritaires liées à la situation que traverse l'Est de notre pays. Le

président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo l'a indirectement

souligné lorsqu'il a affirmé que la situation sécuritaire de l'Est risque

d'hypothequer le processus électoral.


Une tranche de la classe politique, notamment les opposants semble être

préoccupée par l'organisation des élections que par la vie de leurs compatriotes

qu'on massacrent à l'Est. Devrions-nous rappeler la sacralité de la vie humaine ?

Devrions-nous rappeler qu'une partie du territoire national n'est pas sous contrôle

effectif de l'Etat ? Ce comportement frise un manque de patriotisme notoire.

Ces politiciens sans scrupule à la quête du pouvoir pour la satisfaction de leurs

besoins mesquins ne présentent aucun intêrét pour le bien-être de la patrie.

Les textes prévoient certes un délai pour l'organisation des élections, mais des

circonstances exceptionnelles peuvent se présenter, et les pouvoirs publics seront

par ricochet astreints à y obtempérer. Lors de sa conférence de presse conjointe

avec le président français E. Macron, le président Félix Tshisekedi a souligné que

la situation sécuritaire de l'Est risque d'hypothéquer le processus électoral.


En effet, on ne peut exclure la population de l'Est du processus électoral au risque

de susciter un sentiment de marginalisation, la grande partie de cette population

étant actuellement éparpillée.

Il faudra donc faire en sorte que ces déplacés de guerre regagnent leurs lieux

d'habitations afin de les enrôler et mettre sur pied la loi portant répartition des

sièges. Il faudra à cet effet accorder suffisamment de temps à la CENI quant à

ce. Le président de la CENI Dénis Kadima a souligné le non financement auquel

il fait face depuis octobre 2022 notamment en ce qui est des frais de

fonctionnement. Cela peut se justifier par le fait que l'action du gouvernement

semble être plus orientée à l'Est du pays qui constitue une priorité actuellement.


En sus,nous tenons par cette occasion à rappeler à la communauté internationale

que la RDC est un Etat indépendant et ne va se soumettre à aucune

manipulation extérieure ni recevoir des injonctions. Et, à ce stade, l'implication du

Rwanda dans cette agression ne fait l'ombre d'aucun doute. L'agresseur du

Congo étant identifié, nous suggérons à la communauté internationale de prendre

des sanctions à son encontre, notamment la mise sous embargo. l'indifférence

ne friserait qu'une complicité avec l'agresseur du Congo qui est le Rwanda.

Enfin, à l'instar de nos précédentes tribunes, nous estimons qu'une commission

spéciale doit être instituée. Cette commission devra comporter certains parlementaires,

certains membres de la ceni, ceux des représentants des électeurs, la société civile

ainsi que ceux du gouvernement à travers le ministère de l'intérieur.


Cette dernière aura pour but d'étudier la faisabilité ou la possibilité d'organiser les

élections au regard de toutes les circonstances et établir un rapport.

C'est sur base de ce rapport que la ceni, en concertation avec ses pairs, c'est-à-dire les

autres membres de cette commission, qu'il sera trancher s'il y a opportunité ou

inopprtunité d'organiser les élections au regard des contraintes circonstancielles,

matérielles et financières, d'autant plus qu'on ne peut organiser les éléctions juste parce

qu'il faut les organiser ou par simple coutume.

L'organisation des véritables élections fondatrices d'un nouvel ordre politique,

économique et social est tributaire de la réunion de tous ces élements nécessaires de

nature à garantir crédibilité, transparence et fiabilité.


Que Jésus-christ de nazareth bénisse la République démocratique du Congo.


WILLIAM BINYINGELA TSHILOLO

Bintshilolo70@gamail.com

Tel : 0033781736115

78 vues0 commentaire
bottom of page