top of page

HENRI MATONA : LA RELANCE ECONOMIQUE PAR L’IMMOBILER EN RDC


« Aujourd’hui si je demande aux ministres quelles sont les transactions immobilières qui ont été faites au Congo en 2020 ou en 2021, il serait impossible d’obtenir ces données » a déclaré le directeur général de Kodiasimmo, M. Henri Matona lors du festival “Les défis congolais”».


Le festival “Les défis congolais” s’est tenu du 22 au 23 février 2022 sur la place de la gare centrale à Kinshasa avec pour thème « Relancer la croissance économique de la RDC de l’après Covid-19 ».

Ce festival a réuni des acteurs institutionnels et non institutionnels pour réfléchir sur les mécanismes de relance de l’économie congolaise qui a été impacté pendant la pandémie de la Covid-19.

Pour le DG de Kodiasimmo, la relance de l’économie par l’immobilier est aussi un moyen de dynamiser le secteur du bâtiment qui continue de subir les effets de la pandémie.

Le marché de l’immobilier en RDC n’est pas mature. C’est un marché qui n’est pas organisé où 85% des transactions immobilières se réalisent de façon informelle. Les 15% restant sont noyés dans une administration inopérante parce que « Si je demande aux ministres quelles sont les transactions immobilières qui ont été faites au Congo en 2020 ou en 2021, il serait impossible d’obtenir ces données » a déclaré le directeur général de Kodiasimmo, M. Henri Matona lors du festival “Les défis congolais” ».

L’État congolais peut générer des recettes en contrôlant le marché de l’immobilier et en introduisant des taxes immobilières. Avec une bonne organisation, l’État peut créer des emplois et encourager les banques à investir à l’aide de statistiques sur le marché de l’immobilier.

L’organisation de la chaîne de l’immobilier en RDC par l’Etat va résoudre les problèmes de spéculations, de hausse de prix et de concentration du marché aux biens immobiliers anciens.

Aujourd’hui aucun financement bancaire n’est proposé aux particuliers. Les nouveaux programmes immobiliers sont portés par les particuliers qui financent leur bien sur fonds propres. L’État peut réformer les systèmes de prêt immobilier en RDC : en créant un marcher de crédit immobilier afin que les banques et les emprunteurs puissent opérer ensemble.

En mettant en place un mécanisme de caution logement afin de protéger les banques contre les le risque de défaut des emprunteurs et un observatoire de l’immobilier afin de collecter et agréger les données officielles relatives au marché de l’immobilier

Et enfin la mise en place des reformes afin de contenir les prix des actifs immobiliers.


Kodiasimmo, n’a pas attendu les reformes de l’État pour apporter des solutions aux Congolais qui veulent investir dans l’immobilier ou simplement devenir propriétaire avec un prêt bancaire, par son programme «KIMYA» qui consiste en l'acquisition d’un ensemble immobilier cadastré en vue de sa division en différents lots pour la vente.


Les bénéficiaires du programme KIMYA n’ont donc pas à subir les contraintes administratives et financières. La société Kodiasimmo s’occupe de la recherche de prêt immobilier et de toutes les démarches administratives. Les bénéficiaires du programme KIMYA, après avoir payé une caution, ne commencent seulement à rembourser le prêt immobilier qu’à la remise des clés de la maison.


L’immobilier en RD Congo contribue à donner une impulsion nouvelle à une activité économique qui se trouve dans une phase de ralentissement, voire quasi inexistante.


FRENZI N’ZINGA / toupresse.com

717 vues0 commentaire

Comments


bottom of page