top of page

Le rapport de Kigali sur le rôle de la France: Paris a « rendu possible le génocide »


Kigali publie ce lundi son rapport sur le rôle de la France au Rwanda avant, pendant et après le génocide des Tutsis (un million de morts) en 1994, près d’un mois après que Paris ait publié le sien. Le rapport rwandais, très posé, a été établi par un cabinet d’avocats basé à Washington. Il détaille le rôle de la France et son appui au gouvernement Habyarimana d’abord, celui des génocidaires ensuite. Il conclut que l’Etat français a « une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible ».

Le texte a été établi par le cabinet Levy Firestone Muse, qui en avait été chargé par le gouvernement rwandais en 2017 et qui a travaillé avec trois cabinets rwandais, sous la responsabilité de l’Américain Robert F. Muse. Selon ce dernier, ce travail « s’appuie sur de nombreuses sources documentaires primaires et secondaires, notamment des transcriptions; des rapports et des études réalisées par des Etats, des ONG et des universitaires; des télégrammes diplomatiques; des documentaires et des vidéos; des articles de presse contemporains (NDLR: aux faits) et d’autres ressources du même type. Nous avons rencontré des centaines de personnes et entendu plus de 250 témoins ». « A aucun moment l’Etat rwandais ne nous a imposé de restrictions ». Le texte, gros de près de 600 pages, salue le travail de la Commission d’historiens français Duclert qui, à la demande du président Emmanuel Macron, avait rendu son propre rapport après deux ans de travail le 26 mars dernier; un signe « encourageant », selon Robert Muse. S’il n’apporte pas de révélation fracassante par rapport à elle, le texte américain souligne cependant que la Commission Duclert, « tout en parlant de responsabilités lourdes et accablantes » de l’Etat français « ne précise pas ce dont il est responsable ». Le rapport Muse, lui, juge que Paris a « une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible », au sujet duquel l’Etat avait reçu des avertissements de ses propres services, avertissements dont il n’a pas tenu compte.


Par Marie-France Cros / afrique.lalibre.be

123 vues0 commentaire

Comments


bottom of page